Je passe à la bio

Au premier semestre 2016, chaque jour, 21 fermes sont passées en bio !

L’agriculture biologique s’appuie sur la recherche d’équilibre, de cohérence et d’autonomie sur les fermes. Passer en bio, c’est une démarche de progrès vers une agriculture respectueuse des hommes, des animaux, du sol, de l’eau, de la biodiversité. C’est aussi une opportunité pour redevenir maître à bord. En 2016, plus de 3500 producteurs ont fait le choix de passer en bio. Les 10 000 producteurs, les 300 conseillers du réseau bio et leurs partenaires sont présents sur tout le territoire pour vous accompagner dans votre réflexion et votre projet.

Formation à la conversion en AB en Mayenne

De plus en plus de producteurs qui s’engagent en agriculture biologique

De plus en plus de producteurs, toutes filières confondues, s’engagent en bio. Depuis 2015, la dynamique est particulièrement forte en élevage bovin (laitier et allaitant) et en grandes cultures. Et elle n’est pas en reste en fruits, en viticulture et en volailles. Si le nombre de producteurs qui passent en bio augmente fortement, la demande des opérateurs économiques et des consommateurs est encore plus forte.

Pour en savoir plus sur la dynamique de conversion par filière et par région, consultez la page sur les chiffres de la bio.

Témoignages de producteurs en conversion – Pôle de conversion bio Nouvelle-Aquitaine

Redevenir maître à bord : se réapproprier son outil de travail, réinventer son métier, trouver sa place dans une filière plus équitable

Passer en bio, c’est un changement de mode de production. Il s’agit de modifier ses pratiques, d’adapter son système et sa stratégie de commercialisation et de s’insérer dans de nouveaux réseaux professionnels. Mais c’est aussi un changement de regard sur son métier d’agriculteur : reprendre les fondamentaux de l’agronomie et de gestion du troupeau, maîtriser le fonctionnement de sa ferme, valoriser la biodiversité, retrouver une place dans la filière.

Cette démarche de progrès s’inscrit dans un principe de respect et de valorisation des équilibres naturels sur votre ferme et dans une logique de cohérence et d’autonomie : vers un système plus solide et moins sensible aux aléas économiques et climatiques, moins dépendant des intrants et des conseillers technico-commerciaux, et des prix plus justes.

Le passage en bio, c’est tout à la fois une transition technique, une transition économique et une transition humaine.

Pourquoi passer en bio ? Chacun ses motivations !

Les raisons qui décident les producteurs à passer en bio sont variées. Il ne s’agit jamais d’un seul facteur et tous les producteurs bio n’y sont pas venus pour la même raison :

  • préserver sa santé et celles de ses  proches,
  • dépasser des défis agronomiques et techniques,
  • retrouver une autonomie sur sa ferme,
  • sortir de l’instabilité des filières conventionnelles,
  • se dégager un revenu satisfaisant

En savoir plus sur ce qui a motivé d’autres producteurs et productrices à passer en bio.

Concrètement, passer en bio, ça se passe comment ?

Pour être certifié et obtenir le label bio pour vos productions, vous devez engager une conversion. Avant cela, il faut construire et mûrir votre projet par rapport à vos objectifs et à votre situation. Prenez le temps de vous informer sur l’agriculture biologique, ses principes et le cahier des charges règlementaire, et échangez avec des producteurs qui sont passés par là.

Est-ce que la bio peut marcher sur ma ferme ? Oui, probablement. Mais il ne suffit pas de vendre le pulvé et de remplacer les intrants chimiques par des intrants bio. Il faudra certainement adapter le système de production en place (allonger et diversifier les rotations, s’équiper pour gérer les adventices, repenser l’autonomie fourragère, etc.) et donc la commercialisation et les débouchés. Faites-vous accompagner pour conduire ces changements sur votre exploitation en accord avec vos objectifs. Diagnostics, simulations technico-économiques, formations, vous n’avancez pas seul.

Découvrez quelques recommandations pour réussir votre conversion :

Prêt à engager la conversion de votre exploitation ?

Avant d’être certifié, il vous faut passer par la phase de conversion : c’est la période de transition entre l’agriculture conventionnelle et le moment où l’exploitation pourra commercialiser ses produits sous le label AB. La conversion des terres et des troupeaux dure entre 2 et 3 ans. Elle débute au moment où le producteur se notifie auprès de l’Agence BIO, s’engage auprès d’un organisme certificateur (OC) et respecte rigoureusement les principes du cahier des charges européen de production biologique. C’est également la démarche engagée auprès de l’OC qui vous permettra de solliciter des aides à la conversion. Ces aides peuvent vous aider dans la phase de conversion pendant laquelle vous appliquerez le cahier des charges bio sans pouvoir bénéficier ni du label bio ni du prix de la bio.

Passer en bio, c’est une transition que vous ne vivrez pas seul

Le passage en bio appelle de nombreux changements sur votre ferme. De la réflexion à la mise en œuvre de votre projet de conversion, vous pouvez être accompagné par le réseau des producteurs bio et ses partenaires. Expert de ces questions, le réseau des producteurs bio vous met en contact avec d’autres producteurs, vous propose des diagnostics de conversion, des simulations sur votre ferme, des études de marché, des formations, des groupes d’échanges techniques et vous accompagne dans vos démarches administratives (notifications, aides).

En savoir plus