Conversion

Avant de pouvoir être certifié bio, une période de conversion est nécessaire. Elle permet notamment le nettoyage du sol et assure une période de transition pendant laquelle le cahier des charge est respecté mais les produits ne peuvent pas encore être commercialisés sous le logo AB.

 

La période de conversion débute après notification et adhésion au système de contrôle. Au moment de débuter sa conversion, l’opérateur se notifie auprès de l’Agence bio. Puis, il envoie son courrier d’engagement à son organisme certificateur. Ce dernier vérifie que l’opérateur est bien dans la base de données interne de l’Agence bio. Si c’est le cas, l’OC valide l’engagement de l’opérateur et la notification. La date de notification et d’engagement est la même

Attention : le fait que la date de début de conversion soit la date d’engagement n’est vrai que si l’opérateur est conforme lors de la visite d’habilitation. Si ce n’est pas le cas, c’est la date de mise en conformité qui est prise en compte.

Il faut appliquer toutes les règles de la bio pendant la période de conversion

Pour qu’une culture soit « bio » la conversion doit avoir duré :

  • 2 ans avant l’ensemencement pour les cultures annuelles;
  • 2 ans avant l’utilisation en alimentation animale pour l’herbe;
  • 3 ans avant la récolte pour les pérennes;

La période peut être plus courte ou plus longue selon les antécédents.

Après un traitement interdit en bio, la nouvelle période de conversion peut-être réduite dans le cas de traitements obligatoires ou expérimentaux.

Pour en savoir plus...

 

Vous pouvez télécharger la fiche réglementaire sur les informations pratiques.