Comprendre les étapes du parcours vers l’installation

Vous croisez de très nombreux sigles sur votre chemin vers l’installation : le PAI, le PPP, la CPA, le stage 21h, la DJA, le PE, la CDOA, l’AMA… et vous êtes perdu-e ? Vous aimeriez bien comprendre pourquoi il faut avoir fait son PPP pour prétendre à la DJA ? pourquoi la CPA est une condition pour bénéficier de la DJA ?…

Rassurez-vous le parcours qui va permettre de concrétiser l’installation agricole n’est pas si complexe !

Du Point Accueil Installation au Plan de Professionnalisation Personnalisé

Même lorsque votre projet n’est pas encore très clair et que vous en êtes au tout début, vous pouvez contacter le Point Accueil Installation (PAI) de votre département. Ce « guichet unique » de l’installation est disponible pour vous informer et vous orienter dans la construction de votre projet d’installation.

Une fois que votre projet est plus clairement défini, vous pouvez effectuer votre Plan de Professionnalisation Personnalisé (PPP). Le PPP vous permet de vous professionnaliser, de renforcer vos compétences et d’en acquérir de nouvelles en vue de votre installation, via des formations et des stages.

C’est le PAI qui pourra vous orienter vers le Centre d’Elaboration des PPP. Vous aurez alors un rendez-vous avec un conseiller projet et un conseiller compétences qui travailleront avec vous à l’élaboration du contenu de votre PPP : si vous avez déjà suivi une formation longue, avez-vous besoin de formations courtes complémentaires en lien avec votre projet ? si vous avez de l’expérience terrain en agriculture en général, avez-vous déjà travaillé dans une ferme qui ressemble à celle que vous projetez de créer ?…

A savoir ! Certains sont issus du réseau bio et spécialisés dans les projets en AB. N’hésitez pas à demander au PAI la liste des conseillers et conseillères habilités !

Parmi les actions inscrites dans votre PPP, il y aura obligatoirement le stage collectif de 21 heures. Il s’agit d’une formation collective de 3 jours pour identifier les étapes de la création de votre entreprise agricole, les interlocuteurs professionnels et institutionnels que vous côtoierez… Les autres actions prescrites dépendent de votre profil et de vos besoins.

A savoir ! Les formations spécifiques à l’agriculture bio dispensées dans votre département pourront naturellement s’insérer dans votre PPP. Le GAB de votre département en organise, renseignez-vous !

Au PAI, il est possible (mais rare) que vous soyez orienté-e-s vers le PPP alors même que vous n’êtes pas du tout formé-e-s à l’agriculture. Dans ce cas, si vous souhaitez vous installer avec la Dotation Jeune Agriculteur, les conseillers ne manqueront pas de vous prescrire le suivi d’une formation conférant la Capacité Professionnelle Agricole.

De même, pour affiner votre projet d’exploitation en tenant compte des réalités de la production biologique, n’hésitez pas interroger votre conseiller installation référent pour qu’il vous aide à trouver les contacts et les repères technico-économiques adéquats en bio.

Dans le cadre d’un PPP, en plus des formations, des stages sur des fermes bio sont possibles et vivement recommandés. Une bourse est versée par l’État au stagiaire, et une indemnité est prévue pour le maître-exploitant.

Finaliser son PPP avec la réalisation de son Plan d’Entreprise

Votre Plan d’Entreprise (PE) doit démontrer la viabilité et la faisabilité de votre projet d’exploitation, une fois votre foncier identifié.

Pour accéder à la Dotation Jeune Agriculteur (DJA), il vous faudra aussi réaliser votre Plan d’Entreprise (le business plan de votre ferme sur 5 ans). Même si vous vous installez sans la DJA, la réalisation d’un business plan est incontournable pour sécuriser votre projet !

A savoir ! L’accès à la Dotation Jeune Agriculteur est conditionné par de nombreux critères. Si vous comptez sur cette aide, il faut anticiper pour :

  • Être détenteur de la Capacité Professionnelle Agricole (CPA) grâce à une formation diplômante de niveau 4, suivie par voie scolaire, en apprentissage ou en formation continue, ou à une validation des acquis d’expérience (VAE) ;
  • Avoir réalisé et validé un PPP (à noter qu’il est aussi possible de réaliser un PPP alors même qu’on ne souhaite pas (ou qu’on ne peut pas) prétendre à la Dotation Jeune Agriculteur, pour simplement bénéficier du cadre d’accompagnement offert par le PPP) ;
  • Avoir réalisé un Plan d’Entreprise.

Le Plan d’Entreprise constitue un élément d’appréciation pour l’attribution de la DJA par les services de l’Etat (sur avis consultatif de la Commission Départementale d’Orientation de l’Agriculture (CDOA), composée de membres des organisations professionnelles agricoles du département, des représentants de l’Etat et des collectivités territoriales, d’experts et d’associations). N’hésitez pas à informer le groupement des producteurs bio de votre département de votre passage en CDOA.

Le PE – qu’il soit réalisé seul ou de manière accompagnée – devra impérativement être construit en tenant compte des spécificités du mode de production biologique : rendements, investissements spécifiques, période de conversion des terres le cas échéant, mais également débouchés et modèle économique.

Une fois votre PPP validé par le Préfet, il est ensuite possible de faire votre demande de DJA.

La réalisation du PPP et la demande de DJA vous permettra d’accéder à d’autres dispositifs d’accompagnement (étude de marché, diagnostic de la ferme à reprendre…) prévus dans le cadre du programme Accompagnement à l’Installation et à la Transmission en Agriculture. Renseignez-vous auprès des services de la Direction Départementale des Territoires (DDT) !

Découvrir les opportunités pour s’installer progressivement

Avant de vous installer pour de bon, vous pouvez notamment réaliser un test d’activité ! Il permet de développer une activité agricole de manière responsable et autonome en grandeur réelle et sur un temps limité, dans un cadre qui permet de :

  • Limiter et échelonner la prise de risque ;
  • Expérimenter la faisabilité technique et économique de votre projet ;
  • Vérifier votre capacité à gérer une ou des productions agricoles ;
  • Conforter vos savoir-faire et compétences ;
  • Vérifier l’adéquation entre votre projet de vie et votre projet professionnel.

Les espaces-test agricoles sont des dispositifs réunissant l’ensemble des conditions nécessaires à la mise en place de tests d’activités. Ils combinent 3 fonctions distinctes : l’hébergement juridique de l’activité, la mise à disposition des moyens de production (foncier, bâtiments, matériel) et la fonction de conseil et d’accompagnement. Les groupements d’agriculteurs biologiques sont des partenaires privilégiés des espaces tests, pour l’accompagnement des porteurs de projet.

Renseignez-vous, par exemple auprès du RENETA, pour savoir s’il y a un espace-test en activité sur votre territoire !