Save the date ! Séminaire FNAB : Quels plants pour la viticulture biologique ?

Publié le : 30 janvier 2018

28 novembre 2018 – Paris – Séminaire Professionnel FNAB : Quels plants pour la viticulture biologique ?

Pépiniere viticole, crédit IFV

Suite aux évolutions réglementaires et à la volonté de plus de cohérence dans la filière biologique, tous les plants des cultures pérennes en AB -plants viticoles, d’arbres fruitiers et de plantes aromatiques et médicinales (PPAM)- devront être cultivés à l’horizon 2035 selon le cahier des charges biologique. Les dérogations pour l’usage de plants non bio ne seront donc plus possibles. C’est ce qu’a décidé l’INAO en 2017, qui s’est aussi penché sur la définition d’un plant bio.

Cette décision fait échos aux souhaits de certains producteurs, engagés dans la bio et conscients des risques liés aux produits chimiques de synthèse, de rechercher une cohérence de leur système, notamment pour la fourniture de plants.

Néanmoins, dans la filière viticole, la pépinière est soumise à des traitements obligatoires et à une certification par FranceAgriMer afin de proposer des plants indemnes de maladies de quarantaine ou de viroses (dont la flavescence dorée). Certains traitements sont actuellement non compatibles avec le cahier des charges bio alors que d’autres, comme le chauffage des plants pourraient l’être. Certains portes-greffes étant des porteurs sains du phytoplasme de la flavescence dorée, ces problématiques sont d’une grande importance pour le devenir de la filière viticole. Des réflexions avec les organismes de gestion de la filière sont en cours pour valider un protocole dérogatoire adapté à la bio et permettre, la production de plants viticoles certifiés bio.

Qu’en pensent les vignerons bio ? Quelles définitions et qualités de plants recherchées en bio ? Quelles sont les attentes des vignerons bio et des pépiniéristes ? Quelle faisabilité technique et quels prix pour des plants bio ? Comment structurer et faciliter l’émergence de ce marché ? Autant de questions à débattre pour le développement concerté des filières bio.

« Nous avons besoin d’être cohérent et d’avancer dans notre filière. Dans d’autres pays, comme l’Italie, il y a des pépiniéristes qui proposent des plants certifiés bio. Il faut que les vignerons en bio puissent s’exprimer sur ce sujet et faire remonter leurs attentes. »

Yves DIETRICH, vigneron bio en Alsace et président de la sous commission des plants à l’INAO

Rendez-vous le mercredi 28 novembre à Paris (lieu à confirmer) pour cette journée de débat.

  • Entrée libre et gratuite sur inscription dès le 1er septembre 2018 (préinscription possible : dpellequer[at]fnab.org)
  • Des possibilités d’hébergement seront proposées, les offres et tarifs sont en cours de finalisation