Maraîchage biologique diversifié sur petites surfaces

Publié le : 1 août 2019

Les Groupes Innovent en Bio !

Les collectifs sont des lieux propices à l’innovation et aux transferts de pratiques entre agriculteurs conventionnels et bio. Plusieurs groupes ont répondu à un appel à communication de la FNAB avec le soutien d’Ecophyto pour valoriser les démarches innovantes qu’ils mènent sur des thématiques liées à la réduction d’usage des produits phytosanitaires et du désherbage chimique, ou en vue d’innover sur des techniques compatibles avec la réglementation de l’agriculture biologique.

Présentation du groupe

Territoire | Vaucluse – Bouches-du-Rhône – Var – Alpes Maritimes
Date de constitution du groupe | janvier 2018
Taille du groupe | Nombre de producteurs : 29 | dont en non bio : 1 | en conversion bio : 0 | en bio : 28
Dispositif | Groupe Opérationnel du Partenariat Européen pour l’Innovation
Structure animatrice | Bio PACA (porteur du projet) -Maison de la Bio 255 Chemin de la Castelette BP 21284 – 84 911 Avignon cedex 09
Structures partenaires | Agribio Vaucluse, AgribioVar, GRAB (Groupement de Recherche en AB), INRA AgroParis Tech
Contacts  | Oriane Mertz (co-coordinatrice technique), oriane.mertz@bio-provence.org, 06 95 96 26 62 | Alexandre Barrier-Guillot (co-coordinateur technique), agribio06.alex@bio-provence.org, 06 66 54 07 96 | Marie Rabassa (animatrice) agribiovar.rabassa@bio-provence.org ; 07 83 06 40 07
Producteurs du groupe qui peuvent être contactés pour plus d’informations
Patrick Vidal – p.vi@free.fr – 06 77 55 03 48 | Véronique Albert – tretonv@yahoo.fr – 06.01.63.15.41 | Arnaud Valentin – biodaqui@yahoo.fr – 06 50 52 03 76

Un groupe pour acquérir des références techniques et socio- économiques

Beaucoup d’installations en maraîchage biologique sur petites surfaces avec des techniques innovantes se produisent sur le territoire avec peu de références sur ces systèmes. Certains maraîchers déjà installés souhaitaient aussi changer leurs façons de produire. Il y a un réel manque de références technico-économiques (sur la ferme) et de références sur les innovations techniques mises en place par ces maraîchers.

Ces constats ont amené plusieurs agriculteurs à se pencher sur la question. Un groupe de maraîchers dans les Alpes-Maritimes s’est constitué, un autre dans le Var et un troisième dans le Vaucluse-Bouches du Rhône. Ces trois groupes ont créé un dynamique territoriale plus large et permette un éventail de références techniques et socio-économique.

Ce projet souhaite répondre à plusieurs enjeux agroécologiques :

Au niveau environnemental :

  • Améliorer les performances agroécologiques des systèmes maraîchers biologiques sur petites surfaces : augmenter la qualité agronomique des sols, optimiser la gestion de la fertilité, favoriser la biodiversité fonctionnelle et cultivée, etc.
  • Envisager des outils manuels appropriés aux petites surfaces permettant une autonomie importante par rapport à l’utilisation de matériels peu économes en énergie fossile.

Au niveau économique :

Les petites exploitations visent une réduction d’intrants : diminution de la consommation de carburants, mise en place d’engrais verts, approvisionnement local d’amendements, réduction de la consommation d’eau, etc.

Au niveau social :

  • Amélioration des réseaux d’échanges entre producteurs ;
  • Évaluation de la gestion du temps de travail et de gestion de l’exploitation nécessaire à la mise en place des pratiques.

Améliorer la gestion des cultures par des pratiques innovantes en maraîchage biologique sur petite surfaces

Le groupe a développé une partie « expérimentale » du projet. Celui-ci cherche à apporter des éléments de compréhension sur des techniques alternatives innovantes en maraîchage bio sur petites surfaces, ainsi que des références technico-économiques (le projet se déroule sur 3 ans).

Plusieurs thèmes d’expérimentation ont donc été choisis : gestion du sol et paillage (couverture du sol) / association et densification / extraits fermentés / petit matériel. Les expérimentations sont co-construites avec le maraîcher puisque qu’elles se déroulent sur son terrain.

Tous ces thèmes sont spécifiques au maraîchage sur petite surface, et pour certaines pratiques il existe peu de références sur leurs efficacités.

Un large appel à participation

Une phase de pré-projet s’est déroulé où tous les maraîchers des différents réseaux ont été approchés, et plus spécifiquement ceux intéressés par le projet.

Une réunion avec les maraîchers motivés a rapidement eu lieu, afin de choisir et approfondir les thèmes des expérimentations sur la saison.

Et une experte maraîchage, Catherine Mazollier du GRAB, intervient auprès du groupe pour apporter du conseil et de la formation.

Des expérimentations suivies par les maraîchers participants

Une vingtaine d’expérimentations sont réalisées, au cours de la saison, notamment sur les thèmes suivants :

  • matériel paperpot (plantation) sur oignons chez deux maraîchers, étude du coût, comparaison de temps, efficacité… ;
  • comparaison de l’effet de différents paillages sur la maîtrise des adventices et gestion de l’irrigation ;
  • comparaison de plusieurs semoirs manuels ;
  • étude de l’effet de l’application d’extraits fermentés de consoude sur salades et pomme de terre ;
  • étude de la minéralisation de l’azote sur des planches permanentes sans travail du sol.

Investissements financiers nécessaires pour le projet :

Montage du projet pendant 6 mois (octobre 2016 à avril 2017) – 5 salariées bien impliquées dans cette phase (102 jours)

Des indicateurs de résultats techniques et économiques ont été définis

Indicateur technique :

  • Évaluation de la productivité (rendement)
  • Gain de temps, efficacité d’un matériel
  • Diagnostic agronomique
  • Taux d’azote

Indicateur économique :

  • Productivité (marge, coût)

Pour aller plus loin

Catherine Mazollier, GRAB,  référente PACA maraîchage bio | catherine.mazollier@grab.fr