Couverts végétaux et technologies appropriées – un recueil de l’Atelier Paysan

Publié le : 6 juillet 2018

Dans le cadre de la MCDR USAGES, appuyée par le CASDAR, l’Atelier Paysan et ses partenaires ont réalisé cinq recueils thématiques autour des technologies appropriées et des outillages conçus par les producteurs auto-constructeurs et leurs partenaires. L’un de ces recueils porter sur les couverts végétaux. Il a pour objet de faire le point sur le travail de l’Atelier Paysan sur les propositions d’outillage approprié en lien avec les dynamiques territoriales d’expérimentation paysanne ou plus classique.

Depuis une petite dizaine d’années, fruit de l’influence de systèmes très simplifiés pratiqués en grandes cultures, il se développe en cultures légumières en France et en Europe une dynamique autour de l’usage des engrais verts comme couverts végétaux : ils ne sont plus broyés et  incorporés au sol mais écrasés en surface pour constituer un mulch durable et assurer un prolongement de la couverture du sol après la fin de leur cycle vivant. La piste suivie est celle de l’agriculture de conservation des sols : sol couvert de façon permanente, travail du sol très limité, successions végétales diversifiées. Le concept a de quoi séduire : il accorde une place centrale aux processus biologiques dans le sol, univers passionnant ; il mise sur le remplacement du travail du sol mécanique par la structuration biologique opérée par les racines des couverts végétaux et plantes cultivées et par les êtres vivants du sol ; il s’appuie sur la couverture du sol pour le préserver de variations importantes d’humidité ou de température, la stabilité du milieu sol recherchée pour une activité biologique durable étant aussi favorisée par l’absence ou quasi-absence de perturbations mécaniques.

Car le travail du sol provoque souvent des levées d’adventices, que les couverts doivent aussi contrôler pendant leur croissance et après destruction en exerçant une barrière physique au-dessus du sol. La couverture végétale favorise aussi la prédation des graines d’adventices par des espèces animales comme les carabes, réduisant la banque de graines d’adventices proche de la surface. Ce sont tous les processus régulateurs du sol qui sont mobilisés dans cette approche pleinement écologique.

Raisonner les couverts : l’expérience système et le matériel

Techniquement, il convient de raisonner différemment les engrais verts dans cette pratique alternative : bien choisir les engrais verts (espèce voire variété, densité, cycles), surveiller le salissement (grenaison des adventices, espèces vivaces), détruire au bon stade et avec la bonne technique – l’idéal étant un simple roulage à l’aide d’un rolofaca mais qui n’est souvent pas suffisant ! Pour cette raison, le bâchage après roulage est souvent utilisé, en bio, par les pionniers de cet itinéraire pour assurer la maîtrise du couvert – valider ensuite que la structure du sol est favorable à la mise en culture d’espèces légumières, le cas échéant après un travail et une fertilisation localisée, et que la couverture végétale est suffisante pour se maintenir pendant tout le cycle de la culture. Les décisions successives qu’il convient de raisonner sont complexes et le schéma théorique est souvent malmené par la réalité dans les champs. La promesse de simplification fait donc face à une réelle complexité de raisonnement et de mise en pratique. C’est notamment ce constat qui a conduit il y a quelques années à l’émergence de plusieurs projets expérimentaux et à des explorations en conditions réelles de fermes maraîchères.

L’Atelier Paysan a accompagné cette dynamique en concevant des outils spécifiques, adaptés à ce nouvel usage et accessibles aux utilisateurs : des semoirs pour semer en direct les engrais verts, des rouleaux « écraseurs » ou rolofaca et des strip-till permettant de travailler le sol uniquement sur les lignes de plantation. Selon l’usage, ces derniers ont été assortis de distributeurs d’engrais ou de graines, et de différents systèmes de rappui.

Les premiers prototypes ont évolué pour améliorer ce qui n’allait pas : toutefois, si l’outillage et son efficacité ont toute leur importance dans l’enchaînement des opérations, ils ne sont pas les seuls paramètres à influencer la réussite. Les outillages développés jusqu’à présent sont aussi assez spécifiques d’un type de structure, en maraîchage au moins : mécanisée, diversifiée, sur des surfaces relativement restreintes ; pour d’autres systèmes, d’autres réponses et outillages sont à construire pour mettre à portée des paysans l’intérêt des couverts végétaux. Il reste aussi à observer et valider les effets dans le temps, cumulés année après année, de la pratique des couverts végétaux. Car au-delà des difficultés rencontrées, il y a des réussites qu’il convient de continuer à mutualiser, sur le sol mais aussi sur le plan technico-économique.

A découvrir dans ce guide :

Des outils adaptés pour le maraîchage :

  • Les outils SEFerSol
  • Les outils SoilVeg
  • Les outils BUZUK
  • Des témoignages de maraîchers

Des outils adaptés pour la viticulture :

  • Le semoir viticole à engrais verts
  • Le semoir enjambeur GEST
  • Le rouleau FACA « Béton »
  • GIEE couverts et engrais vert en viticulture dans le Bergeracois
  • Des témoignages de viticulteurs

Article extrait du guide « Couverts végétaux et technologies appropriées » de l’Atelier Paysan.