Une journée régionale « arboriculture bio et expérimentation »

Publié le : 29 juillet 2021

Le 10 décembre dernier, bravant la neige et respectant les gestes barrières, une vingtaine d’arboriculteurs bio d’Auvergne Rhône-Alpes se sont réunis au Verger Expérimental de Poisy, en Haute Savoie, afin d’échanger sur les expérimentations en cours et partager leur bilan de saison.

Une journée dense en informations

La visite des expérimentations menées sur le verger expérimental de Poisy a occupé la matinée sur les thématiques des variétés et de la conduite des arbres :

  • 20 variétés ont été présentées (Pixie, Inobi, Galiwa®, Nuvar ®Cabaret®, Ladina, Daliclass, Mandy ®Inolov, Mairac®La Flamboyante, Red Dalinco, Inogo, Soprano, Stardance®Dalinsweet, Sapora®, Story®Inored, et d’autres variétés sous numéro). Elles ont été comparées et commentées sur les critères de sensibilité aux maladies et ravageurs, la facilité de la conduite, la précocité de floraison et celle de cueillette, l’alternance et les rendements. Les résultats complets peuvent être disponibles sur demande à la FRAB, l’ADABio, l’ARDAB ou Agribiodrôme.
  • Les participants ont également visité les essais « conduite » :
    • Conduites en biaxes : les essais menés au Verger de Poisy tendent à montrer une productivité doublée sur les premières années ( jusqu’à la 4ème année), mais équivalente à partir de la 5ème feuille. Un biaxe élagué serait plus productif qu’un biaxe avec arcure et permettrait un gain de temps de travail (taille + attachage) significatif sur les premières années.
    • Essais porte-greffe, sur sol fatigué en pomme et poire. En pomme, il apparaît que le M111 accroit la pousse de l’arbre et confère une vigueur plus importante par rapport au M7. Il faudra surveiller la gestion de la vigueur dans le temps. Le M7 favorise le développement de broussin.
  • En guise d’apéritif, les participants à la journée ont pu servir de cobayes en dégustant des variétés de pommes dans le cadre du projet PEPIT DECICO porté par le verger de Poisy auquel la FRAB, l’ARDAB et l’ADABIO sont partenaires. Ce projet a pour objectif de faire évoluer la gamme variétale existante afin de se démarquer sur les circuits de vente directe. Par ailleurs, l’acquisition de références agronomiques avec pour objectif un verger performant et des variétés adaptées favorisera un passage en bio et une commercialisation en circuits courts plus sereins. L’après-midi, en salle, les salariées du réseau bio ont animé des échanges entre les besoins is-sus du terrain, les difficultés rencontrées lors de cette dernière saison, et les réponses que peut apporter l’expérimentation, notamment grâce aux diverses présentations d’essais de Claude-Éric Parveaud, du GRAB, localisé à la station ex-périmentale de Gotheron (26)
  • Claude-Eric Parveaud a ainsi apporté des éléments de réponse à travers les résultats d’essais du GRAB.
    • Monilia : des résultats sur les facteurs de contamination indiquent que la longueur de la floraison influence la sévérité de l’attaque du champignon. Mais beaucoup d’autres facteurs entrent en compte : le bassin de production, la sensibilité variétale… Les huiles essentielles présentent peu d’efficacité et il faut recourir à l’utilisation de produits tels que l’argile, la BNA, AmyloX ou le Curatio.
    • Hoplocampes : Des dégâts très variables en intensité et localisation, augmentation de la pression au cours de ces dernières années. Le quassia présente des résultats intéressant. Il est désormais autorisé en France depuis cette année. Les poules en verger qui fonctionnent contre le carpocapse pourraient être également intéressantes contre l’hoplocampe qui hiverne lui aussi dans le sol. Un nématode entomopathogène pourrait également se révéler efficace : le NemaSys (le même que celui qui a une efficacité sur carpocapse) : son application doit toutefois être réalisée dans des conditions humides, pas toujours réunies au moment où il faudrait les apporter, et leur coût reste élevé. Différents types de pièges (blancs, bleus, …) en haute densité sont aussi en test parmi les 12 essais en cours au GRAB.
    • Pucerons : ce sont surtout des essais « bandes fleuries » qui sont menés. On peut citer le projet Muscari (avec espèces ciblées comme intéressantes à mettre sur les bandes fleuries)ou le projet Echoorchard (méthode de gestion de la bande fleurie : période de fauche, matériel spécifique de fauche…). Le verger expérimental de Poisy débute un essai avec implantation de bandes fleuries en 2021, à suivre ! Les échanges entre ces producteurs des différents territoires de la région ont été riches et instructifs. Pour poursuivre cette dynamique, le réseau FRAB-GAB prévoit d’organiser de nouveaux moments régionaux autour de la filière f ruits.Outre 2 voyages d’études (arboriculture en Italie fin juin et petits f ruits en Ardèche-Haute-Loire en mars), une visite du verger circulaire de l’INRA de Gotheron se profile également.

 

Restez attentifs !

Le verger expérimental de Poisy

Le verger de Poisy, situé sur la commune éponyme en Haute Savoie, est à 550m d’altitude. Cette structure étudie et expérimente sur l’arboriculture depuis 1972. C’est une antenne décentralisée de la SEFRA (Station d’Expérimentation des Fruits en Rhône-Alpes) depuis 1992 et est aujourd’hui le site expérimental des fruits à pépins (pomme-poire) de la région. Le verger expérimental de Poisy conduit des essais sur tous les aspects de la production en bio et en conventionnel (variété, conduite, éclaircissage, gestion des maladies et ravageurs…).

Ce qu’il ressort de 2020 chez les arboriculteurs de la région :

■ Des problèmes climatiques

  • Le gel sur abricot
  • Le retard sur la mise en place de bandes fleuries à cause des conditions climatiques
  • Les problèmes de brûlures liées au soleil
  • Les sécheresses récurrentes allant jusqu’à la mortalité des arbres~Les pluies en fin de récolte
  • La mise en évidence de variétés plus ou moins adaptées en bio dans ce contexte d’aléas climatiques.

■ Des maladies et ravageurs

  • Monilia sur abricot
  • Des pucerons, sur toutes les espèces
  • Hoplocampes, et mise en place de bandes collantes pour du piégeage massif
  • Anthonomes
  • Feu bactérien sur vieux arbres
  • Carpocapses
  • Mouche de la cerise, mais peu de drosophile

■ Et autres : Des problèmes de vigueur

Rédigé par Coralie PIREYRE FRAB, Aura Céline VENOT ADABio, Pauline BONHOMME ARDAB, Marine PELHATRE Agribiodrôme

Crédits photos :ADABio

Article initialement publié dans La luciole n°30