Élever des porcs en bio – un guide pour construire son projet

Publié le : 7 septembre 2018

La FNAB publie une brochure destinée aux porteurs de projet, producteurs et productrices intéressés par l’élevage de porcs bio. État des lieux de la filière et de ses dynamiques, débouchés, cahier des charges, repères techniques et financiers, témoignages d’éleveurs et d’éleveuses dans différents systèmes. Vous y trouverez de nombreux éléments pour réfléchir et construire votre projet.

Pour qui ?

Cette brochure a pour but de donner une vision simple et concrète de la réalité de l’élevage de porc bio aux personnes qui s’intéressent à cette production. Un élevage pour lequel il n’y a pas de modèle unique, mais des réponses diverses données par les éleveurs aux conditions qu’ils rencontrent.

Que trouve-t-on dans cette brochure ?

  • un panorama général de la filière
  • les principaux points réglementaires
  • des témoignages d’éleveurs et d’éleveuses bio dans différents systèmes (Naissage et engraissement bâtiment ; Naissage plein air et engraissement bâtiment ; Post-sevrage et engraissement bâtiment ; Naissage plein air ; Naissage plein air et engraissement plein air)
  • des conseils sur le naissage et l’alimentation
  • un zoom sur le porc plein air en bio
  • des repères techniques et financiers
  • un aperçu des différents débouchés
  • des conseils pour construire un projet adapté à ses objectifs

L’édito de Jean-François VINCENT, éleveur de porcs bio dans le Cher et secrétaire national viande de la FNAB

« En vente directe ou en filière, en plein air ou en bâtiment, dans l’herbe ou sur paille, il y a de la place pour que des paysans et paysannes heureux s’installent avec des porcs comblés.

Des paysans et des paysannes heureux car la demande en porc bio est largement supérieure à la production. Les prix sont corrects et la grande distribution, qui ne trouve que du porc d’import, n’a pas peur de faire des contrats de dix ans avec ses fournisseurs français. Ce qui met le marché à l’abri d’un retournement de situation trop rapide. La vraie différence de qualité entre bio et conventionnel laisse aussi penser que le consommateur ne reviendra pas en arrière.

Pour autant, l’expérience nous a appris que l’élément dont la maîtrise technique est indispensable est le naissage. 2004 ou 2012, chaque fois que nous avons connu des problèmes de marché, les premiers touchés ont été les élevages qui ne sevraient pas assez de porcelets. L’autre facteur de résilience en porc bio est la maîtrise de l’alimentation. En recherchant au maximum l’autonomie et en fabriquant à la ferme, on diminue ses coûts tout en s’affranchissant des aléas de matières premières.

Des porcs comblés, puisqu’en bio ils peuvent exprimer les comportements propres à leur espèce (prendre des bains de boue ou se rouler dans la paille par exemple). Si les groupements de producteurs de porcs bio ont eu tendance à privilégier ces dernières années les maternités en bâtiment pour des raisons de facilité de travail, les truies en plein air représentent encore plus de la moitié du cheptel reproducteur bio. Et l’élevage plein air reste une vraie opportunité, pour peu qu’on le pratique sur des sols adaptés et avec un minimum d’équipement. Pour ce qui est de l’élevage en
bâtiment, avec courette 100 % paille, notre modèle français est en ce moment sur la sellette. Réclamé par tous, y compris les environnementalistes, j’ai confiance dans son approbation par nos instances. »

Le réseau FNAB vous accompagne

Pour approfondir votre projet d’installation ou de conversion, n’hésitez pas à vous rapprocher du réseau FNAB, en particulier des techniciens
élevage des GRAB et des GAB (Groupements Régionaux et Départementaux d’Agriculture Biologique). Ceux-ci sauront vous aider à définir votre projet et vous aiguiller vers les bons interlocuteurs.