Jean-Paul Delille – Polyculture – Pas-de-Calais

La gestion de l’enherbement sur une exploitation mixte en polyculture en Hauts de France

Jean-Paul Delille, agriculteur dans le Pas-de-Calais, redécouvre l’agronomie depuis son passage en bio. Il a fait le choix de démarrer la conversion bio sur 1/3 de la surface mais c’est toute la ferme qui tire parti de ces nouvelles techniques !

La ferme en quelques mots

EARL Les Blancs Moutons à Brunémont (59) – Jean-Paul Delille

Installation en 1986 sur l’exploitation familiale. Double actif jusqu’en 2008. 90 ha dont 25 ha en bio depuis 2013

Grandes cultures et légumes de plein champ.

 

 

Jean-Paul Delille est agriculteur, céréalier et producteur de légumes, dans le département du Nord sur 90 ha dont 25 ha en bio depuis 2013. Son objectif est de convertir progressivement sa ferme en bio jusqu’à l’installation de son fils, qui travaille aujourd’hui à mi-temps sur l’exploitation.

C’est en 1986 que Jean-Paul Delille reprend l’exploitation familiale. Il reste double actif jusqu’en 2008 et la transition vers la bio est amorcée en 2013. Il préfère convertir progressivement ses terres, par bloc de 10 ou 15 ha afin d’acquérir les techniques nécessaires à ce mode de production.

Passer en bio est un véritable changement de pratiques, il s’agit d’adapter son système et sa stratégie. Ainsi les rotations sont allongées, et l’assolement se diversifie.

Assolement des cultures biologiquesRotation prévue en bio (sur limons profonds)

Passer en bio c’est redécouvrir l’agronomie

Techniquement, le métier d’agriculteur est profondément modifié lors du passage en bio. La gestion de l’enherbement est un challenge important : aucune solution chimique, il faut privilégier la prévention !

« Je recherche des méthodes alternatives et des solutions agronomiques et mécaniques », explique Jean-Paul Delille. Les adventices problématiques sur son exploitation sont principalement les chénopodes (terres riches), les mercuriales (terres crayeuses) et vulpins. Sa stratégie de gestion passe par le labour, le semis sous couvert, le désherbage mécanique, les associations de culture et les plantes allélopathique.

Couverture du sol

« Sur les parcelles conduites en agriculture biologique, j’ai réalisé un semis de trèfle d’Alexandrie sous couvert d’un maïs (variété ARES à 5kg/ha). L’implantation se fait lors du dernier passage de désherbage mécanique en juin. Le résultat est plutôt satisfaisant puisque le couvert se développe rapidement après la récolte et permet de diminuer fortement la pression d’adventices par la concurrence ».

Depuis 2016, Jean Paul teste la culture de lentille verte associée à la cameline, cette dernière servant de tuteur à la lentille.

Travail du sol

« Je considère le labour comme une méthode de désherbage car il permet d’enfouir en profondeur les graines d’adventices prêtes à germer. J’utilise également une herse déchaumeuse, qui permet de faire un travail superficiel du sol et favorise la germination rapide des graines d’adventices tout en préservant la fraîcheur. »

Culture à effet allélopathique

L’allélopathie est définie comme tout effet direct ou indirect, positif ou négatif, d’une plante sur une autre à travers la production de composés chimiques libérés dans l’environnement.

Les plantes allélopathiques peuvent être très utiles pour diminuer la pression adventice sur une parcelle. « En 2014, j’ai fait un essai avec la culture du chanvre. L’année d’après, j’ai remarqué une absence totale de sanves sur la parcelle. »

Le désherbage mécanique

Le recours au désherbage mécanique intervient en complément des méthodes préventives. Trois  outils sont principalement utilisés en grandes cultures biologiques, dont l’utilisation est à adapter en fonction du sol, des cultures et de leur stade : herse étrille, houe rotative et bineuse.

Sur son blé biologique, Jean-Paul Delille fait un passage de herse étrille en décembre, puis un passage de houe rotative au début du printemps et un dernier passage de herse étrille au stade 20 cm.

Concernant son maïs, il pratique deux passages de herse étrille en pré-levée et post-levée puis un passage de houe rotative (stade 5-6 cm) et de nouveau un passage de herse étrille.

Le matériel a été acheté en CUMA, ce qui permet de travailler avec du matériel performant et sur une grande diversité de culture.

Le passage en bio a-t-il changé vos pratiques sur vos parcelles conventionnelles ?

« Sur les parcelles non converties en bio, j’ai diminué de 2 à 3 fois la dose d’intrants chimiques grâce au désherbage mécanique. J’utilise principalement la herse étrille sur céréales, mais aussi sur betteraves sucrières où les mercuriales peuvent être un fléau : grâce à cet outil elles sont globalement maîtrisées. La herse étrille, en plus de désherber, permet de relancer la minéralisation et de diminuer la population d’insectes indésirables. »

« J’ai constaté un retour à l’équilibre dans la vie du sol y compris sur les parcelles en conventionnel avec le changement de pratiques agricoles. »

Article rédigé par Déborah Van Daële (ABP)