Résultats de l’expérimentation Homéo-Iso-Viti Bio

Publié le : 20 février 2020

La CAB Pays de Loire a réalisé en 2019 un cahier technique « Homéo-Iso-Viti Bio » présentant les résultats du programme de recherche du même nom. Entre 2015 et 2019, des expérimentations ont été menées chez 5 vignerons biodynamiques volontaires en Pays de Loire, afin de répondre aux trois questions suivantes : L’homéopathie couplée à de l’isothérapie (Mildiou) ou à des poivres (Cochylis et Cigarier) permettent-ils de renforcer le programme de traitement habituel du domaine ? Les apports au sol renforcent-ils la résistance naturelle de la vigne aux pathogènes observés ? Peut-on envisager l’homéopathie, l’isothérapie et les poivres comme des alternatives pour baisser les doses de cuivre et d’insecticide ?

Le protocole d’expérimentation

Sur les 5 domaines de l’expérimentation, 3 modalités ont été testées : une modalité témoin avec le traitement habituel du domaine, une modalité Vigne avec le traitement habituel du domaine plus de l’isothérapie ou des poivres et de l’homéopathie, et une modalité Vigne + Sol avec le traitement habituel du domaine plus de l’isothérapie ou des poivres et de l’homéopathie plus des apports au sol.

Les paramètres analysés

Des suivis quantitatifs et qualitatifs ont été réalisés sur les exploitations. Les pressions ravageurs ont été suivies, via la mesure annuelle de l’intensité et fréquence du Mildiou, Cochylis et Cigarier. Le sol a également été suivi, via des analyses de sol menées en 2015 et 2018, et des mesures pluriannuelles de pH, Redox, et conductivité (méthode Olivier Husson (CIRAD) basée sur la BioElectronique de Vincent (BEV)). La vitalité de la vigne a été analysée via la méthode de la cristallisation sensible en 2015 et 2019. Enfin, des évaluations des forces de vie des vignes de l’expérimentation à travers leurs feuilles ont été menées chaque année.

Les résultats du programme

Les différents suivis ont permis de répondre aux questionnements initiaux.

  • L’homéopathie couplée à de l’isothérapie (pour le mildiou) ou à des poivres (pour le cochylis et le cigarier) permet de renforcer le programme de traitement habituel si des apports au sol sont réalisés ou le si le sol est vivant.
  • Les paramètres analysés mettent régulièrement en avant la modalité Vigne+Sol, suggérant que les apports au sol renforcent la résistance naturelle de la vigne aux pathogènes observés.
  • L’homéopathie, l’isothérapie et les poivres constituent des pistes prometteuses pour diminuer les doses de cuivre sur des sols vivants, mais il faudrait approfondir les connaissances sur les remèdes ainsi que se former au choix des remèdes pour sécuriser une baisse de ces doses.
  • La géobiologie est efficace sur la vigne, elle rend la vigne plus réceptive aux soins apportés.

En plus des résultats détaillés de ce programme d’expérimentation, vous trouverez dans ce cahier 8 fiches techniques pour vous aider dans votre pratique : faire son isothérapie et ses poivres, choisir son homéopathie, calendrier des soins, le vigneron et le sol, fabriquer son compost, faire ses ferments, thés de compost, thés de bouse et badigeons d’hiver, choisir et faire une eau de qualité, faire son prélèvement de sol.

CONTACT

Nathalie Dallemagne – Coordination AgroBiologique des Pays de la Loire cab.viticulture@biopaysdelaloire.fr