Projet OK-Net ECOFEED : des porcs biologiques au pâturage

Publié le : 7 février 2020

Carl Sheard est un éleveur de porcs biologiques (45 truies en système naisseur engraisseur) de la région des Pays de la Loire en France. Il expérimente actuellement la pratique de l’engraissement en plein air, en utilisant diverses combinaisons de cultures fourragères. Dans le cadre du projet OK-Net Ecofeed, un essai a débuté sur sa ferme à l’automne 2019. L’objectif est de fournir aux animaux une gamme diversifiée de fourrages tout au long de l’année, et d’évaluer l’intérêt du pâturage des porcs en fin d’engraissement sur la période de finition (à partir de 18 semaines d’âge). Les résultats attendus sont une diminution de la quantité d’aliment concentré distribué et une amélioration de la qualité nutritionnelle des carcasses.

La première phase de l’essai a consisté à mettre en place des clôtures appropriées, aménager les parcelles de pâturage, et tester la conduite sur une première bande de porcs. Leur comportement a été observé durant cette période afin d’adapter le protocole de gestion des animaux. Le fourrage en place, qui a produit une biomasse importante, était un « mélange des 3 sœurs », composé de maïs, haricot et courge. La courge ne s’est pas développée en raison de la concurrence trop forte du maïs et du haricot. La variété de haricot (Rongaï) était trop tardive, si bien que les gousses ne se sont pas développées : ce choix sera modifié en 2020, probablement par l’utilisation de cow pea ou de haricot tarbais. Le maïs, qui a souffert de la sécheresse, était court mais homogène.

La crainte principale de l’agriculteur était liée à la distance jusqu’à la parcelle, relativement éloignée des bâtiments (3 à 400 m). Des zones de circulation ont été aménagées afin de faciliter le déplacement des porcs, et pour matérialiser les limites, constituées de clôtures permanentes et électriques. La quantité d’aliment concentré a été réduite d’un tiers afin d’encourager la consommation de fourrages. Finalement, les porcs n’ont eu aucune difficulté à rejoindre la zone de pâturage.

Le groupe de 50 porcs a rapidement adopté un comportement de pâturage. Deux parcelles de 0,5 ha chacune ont été pâturées. Afin d’optimiser la valeur du fourrage chaque parcelle a été subdivisée en 2, soit un total de 4 paddocks. Les porcs ont consommé le haricot, ainsi que les feuilles et grains de maïs. Mais ils avaient tendance à délaisser les rafles de maïs. Les porcs se sont montrés extrêmement indépendants en établissant leur propre routine de pâturage sans trop de sollicitations de la part de l’éleveur, trouvant leur chemin entre les bâtiments et la parcelle de fourrage. Un petit sous-groupe de 3 à 5 porcs a adopté un comportement différent, en suivant sa propre routine.

Après les 6 semaines de pâturage, le sol est resté préservé et la végétation a été bien consommée. Néanmoins, le lot de porcs était très hétérogène, et la vitesse de croissance a été en moyenne nettement plus faible que les performances habituelles de l’élevage. Il y a 2 explications principales à cela : 1/ la restriction alimentaire, qui n’a été que partiellement compensée par le fourrage, et 2/ la canicule estivale, suivie d’un automne très humide. Cependant, le taux de muscle des carcasses était supérieur à la moyenne habituelle de l’élevage.

En conclusion, cette première phase d’essais est très encourageante. Il semble important d’adapter la restriction alimentaire à la qualité du fourrage (des analyses peuvent aider à prendre des décisions), à la saison, et à la vitesse de croissance des porcs, en particulier celle des plus petits animaux. La seconde phase de l’essai, au printemps 2020, va étudier plus en détail le gain moyen quotidien, via des pesées régulières. Des analyses de fourrage et de qualité de la viande seront réalisées. L’exploration de nouvelles associations fourragères sera poursuivie.

Pour en savoir plus sur le projet OK-net Ecofeed : https://ok-net-ecofeed.eu

Article rédigé par : Stanislas Lubac (ITAB), Florence Maupertuis (Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire), Antoine Roinsard (ITAB)

 

OK-net Ecofeed : porcs pâturant un mélange de maïs, haricots, courges

Les partenaires

Projet mené en partenariat entre l’ITAB, la Chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire et le groupement Bio Direct, avec le soutien financier de l’Union Européenne dans le cadre de son programme de recherche et d’innovation Horizon 2020.

Ce projet bénéficie du financement du programme de recherche et d’innovation de l’Union Européenne Horizon 2020 dans le cadre de la convention de subvention no 773911