Mathieu Marfisi – Viticulture – Corse

Les vignes de Mathieu Marfisi - crédit Interbio Corse

Mathieu Marfisi

  • Viticulteur bio à Patrimonio
  • Date d’engagement en bio : 16 juin 2015
  • SAU totale : 14.5ha

Quel est l’historique de l’exploitation ?

L’exploitation a été créée par mon arrière-arrière grand père, de père en fils jusqu’à mon père, repris ensuite lors de son départ à la retraite par ma mère, puis ma sœur et moi-même. Nous avons créé une EARL dans laquelle nous sommes ma mère, ma sœur et moi co- exploitants.  L’exploitation comprenait dans les années 50, 5-6ha pour augmenter progressivement à 14.5ha en 2012. Aujourd’hui nous avons 9.5ha en production en AOC Patrimonio répartis sur les 3 communes : Patrimonio, Poggio d’Oletta et Farinole.

Quel est votre parcours d’installation ?

Après des études d’ingénieur dans le domaine de la finance à Paris, j’ai passé un BTS viticulture et œnologie et ai décidé de reprendre l’exploitation familiale avec ma sœur qui a effectué un BPREA au Lycée agricole de Borgo en 2010. Nous avons eu quelques difficultés pour l’installation liées aux changements de programmation du PDRC, notamment par rapport au manque de visibilité concernant les conditions d’éligibilités à certaines aides en fonction de la répartition des parts dans l’EARL. Mon dossier DJA devrait passer prochainement en CTOA. J’ai la chance de reprendre une exploitation familiale ce qui facilite énormément l’installation néanmoins il y encore beaucoup d’investissements à faire sur l’exploitation au niveau de la cave et du matériel.

Quelles sont vos productions et circuits de commercialisation ?

Nous produisons environ 300 hl/an car une partie des vignes sont en cours de restructuration. A terme nous espérons doubler notre production. Nous vendons 1/3 de notre production à la cave au point de vente existant à l’entrée du village de Patrimonio, 2/3 par deux commerciaux en Haute Corse et Corse du Sud dans les restaurants, cavistes, grandes surfaces. Aujourd’hui nous ne répondons pas à la demande au niveau de la quantité. Nous n’avons par exemple plus de rouges et de blancs depuis début aout. Aussi nous souhaitons arrêter la vente en grande distribution et développer la vente à l’export notamment aux Etats unis

Pourquoi vous êtes-vous orienté vers la production bio ?

Nous avons toujours cultivé nos vignes sans produit chimique : pas de désherbant, pas de produit phytosanitaire chimique. Nous avons la chance d’avoir des vignes situées sur des coteaux de bord de mer, bien ventilés donc pas de mildiou et juste un peu d’oidium. Nous apportons peu de sulfites dans nos vins et respectons le cahier des charges de transformation viticole AB. Nos vins ont une quantité de SO2 inférieure à la limite autorisée au cahier des charges AB.

Nous sommes engagés en agriculture biologique car il nous paraissait important d’informer les consommateurs sur notre façon de travailler, que nous produisons un vin de terroir avec des raisins sains. Sans certification et contrôle, il ne peut y avoir de garantie pour le consommateur.

Comment voyez-vous l’avenir pour votre production et plus généralement la bio en corse ?

Pour la Corse c’est difficile à dire. Pour la région de Patrimonio, il y a une dynamique autour du bio. De plus en plus de viticulteurs se sont engagés dans cette démarche et communiquent sur le fait que l’exploitation et les vins sont bio. La présence du label est un « plus » pour les gens de passage dans Patrimonio et à l’export, notamment sur le marché américain.

Témoignage collecté par Interbio Corse.