Le cuivre réautorisé pour 7 ans

Publié le : 12 décembre 2018

Le 28 novembre 2018, l’Union Européenne a acté le renouvellement de l’autorisation du cuivre pour une durée de 7 ans à partir de 2019, tout en conservant le mécanisme du lissage des doses sur plusieurs années. Cette réautorisation s’accompagne cependant d’une  réduction des quantités de cuivre autorisées (passage de 6 kg/ha/an en moyenne à 4). L’ensemble de l’agriculture, biologique comme conventionnelle, devra désormais respecter la limite maximale de 28 kg/ha sur une période de 7 ans (glissants), soit 4 kg/ha/an en moyenne avec le mécanisme du lissage.

Vers un plan cuivre ?

Le travail de plaidoyer de la FNAB a contribué à la réautorisation du cuivre, au maintien du lissage et à la révision prévue du modèle d’évaluation du cuivre (substance minérale, qui n’est pas une molécule chimique de synthèse). La FNAB est consciente des difficultés que vont rencontrer les producteurs et productrices bio avec cette limitation des doses à 4 kg. C’est pourquoi, pour les accompagner, la FNAB continue à demander un Plan National Cuivre d’envergure.

Ce plan « cuivre » devra donner les moyens d’avancer aux organismes de recherche (ITAB et INRA) et aux organismes de développement agricole sur :

  • L’observation de l’évolution du mildiou
  • L’analyse des impacts des usages actuels du cuivre
  • L’analyse comparée de la toxicité du cuivre et de celle des produits qu’il remplace lors de la conversion en agriculture biologique
  • La recherche sur les alternatives au cuivre compatibles avec le cahier des charges biologique
  • La formation des producteurs sur l’usage de ces alternatives
  • La levée des freins réglementaires pour le développement de ces alternatives
  • La structuration économique de ces filières alternatives

A suivre…